Fiat se lance dans la voiture autonome avec des partenaires prestigieux

Fiat se lance dans la voiture autonome avec des partenaires prestigieux

La mise au point du véhicule sans conducteur humain n'est plus qu'une question de temps pour les constructeurs automobiles et les équipementiers. L'existence de plusieurs voitures en test à travers le monde le prouve. Selon la société de conseil Frost & Sullivan, d'ici 2030, 10 à 15% des véhicules en circulation en Europe seront des modèles entièrement autonomes.

C'est donc un marché très intéressant pour les acteurs de l'automobile. Mais pour le grand public, les voitures entièrement autonomes relèvent encore de la science-fiction et suscitent beaucoup de scepticisme.

De plus, ces technologies nous feront nous poser de nouvelles questions, par exemple dans le domaine du droit de la circulation routière. Le développement de cette technologie est très coûteux, ce qui incite les constructeurs à s'allier afin de pouvoir se partager les coûts mais aussi leur savoir-faire.

Les partenaires du groupe Fiat-Chrysler

Fiat-Chrysler, 7ème constructeur automobile mondial avec ses 4,5 millions de voitures vendues annuellement, a décidé de joindre cette année l'alliance formée par le constructeur allemand BMW, Intel

- spécialiste américain des puces informatiques, et Mobileye qui vient d'être racheté par ce dernier. Mobileye est un fabricant israélien de systèmes anticollisions et d'assistance à la conduite de véhicules.

Cette première alliance a déjà eu lieu en 2016 et inclut aussi les équipementiers Delphi Automotive et Continental. Ce partenariat a pour principal concurrent celui formé par Nvidia avec Mercedes, Tesla, Volkswagen, Toyota, Volvo ainsi que les équipementiers Bosch et ZF Technologie. Cette alliance ambitionne elle aussi de finaliser le projet des voitures autonomes.

Les objectifs de l'alliance entre Fait, BMW, Intel et Mobileye

Ce consortium a pour objectif de créer la voiture de niveau 5 d'autonomie. La voiture autonome de niveau 5 sera capable de rouler dans le trafic réel, sur une infrastructure non spécifique, en toute situation et bien sûr sans intervention humaine. La mise sur le marché devrait se faire en 2021. Néammoins, l'alliance prévoit d'effectuer des essais sur route d'ici fin 2017.

Fiat contribue à apporter son expertise dans l'ingénierie afin de finaliser un système qui permettra, moyennant finance évidemment, aux autres constructeurs automobiles d'avoir leurs voitures autonomes avec leurs propres identités. Le constructeur automobile allemand BMW, quant à lui, réunit ses ingénieurs dans un campus à Munich afin de travailler dans ce projet de voiture autonome. Ces ingénieurs travaillent de concert avec des acteurs qui se trouvent dans les pays des autres membres de l'alliance.

Notons que plusieurs prototypes de voitures autonomes sont déjà en circulation à travers le monde pour des essais. Citons les 6 prototypes de voiture avec une autonomie niveau 4 de Renault. La marque française prévoit de commercialiser ses modèles en 2020. Il y a également le modèle C4 de Peugeot Citroën, et Sedric (Self driving car) de Volkswagen. Sedric est un prototype sans volant, sans commandes d'accélérateur, ni de frein.

Il n'y a pas non plus de tableau de bord dans ce véhicule. Le prototype de Google baptisé Google Car circule en Arizona. Jusqu'à la fin de l'année, cette voiture autonome transporte des vrais passagers gratuitement. Un ingénieur est toutefois assis à la place du conducteur pour surveiller le bon déroulement du trajet.